Cela fait plus de deux mois que j'ai fini mon stage et je dois bien avouer que cette douce et lente torpeur qui m'habitait alors avait malgré tout quelque côté agréable : j'avais le temps de réfléchir à toute l'opportunité de la réponse à donner au moindre courriel que je recevais, à la meilleure pertinence de tous les moments potentiels où relancer un collègue, et jusqu'aux plus profondes conséquences métaphysiques qui pèseraient sur la moindre virgule dans la correspondance que j'entretenais. Bref, chaque jour, je pouvais renouveler cette exploration des chemins les plus mystérieux et contournés de l'âme humaine.

Alors que depuis deux mois, c'est un peu la course permanente ; non pas dans un sens se précipitation, mais plutôt d'enchaînement continu d'activités, de conférences et de soirées plus ou moins festives. Et le dogme régissant tout cela étant "premier arrivé, premier servi", il faut parfois savoir réagir vite... parce que s'accorder un délai de trois jours - voire trois semaines - pour répondre à un courriel dont l'on connaît déjà la réponse, juste histoire d'être vraiment sûr que la Seine ne va pas se mettre à grimper sur les ponts ni la Terre à flirter avec Saturne si on la livre trop tôt, c'est un luxe qu'on ne peut se permettre que lorsqu'on joue au stagiaire, lorsque se donner de l'importance est la seule chose que l'on a à faire pour s'occuper.

Et donc, je me suis trouvé un peu pris de court au début, lorsque je suis retourné sur le platâl il y a deux mois : comment était-ce possible que - pour prendre un exemple qui est arrivé très vite -, même pas une heure après l'amphi de présentation du point gamma, la moitié des bars étaient déjà en train de se mettre en place ? Mais hein qui que quoi donc, quelle est cette précipitation ? Pas de réunion longue et ennuyeuse pour ré-expliquer tous les tenants et aboutissants de l'affaire ? On ne nous laisse même pas trois jours de pondération profonde et de mesures mystiques pour décider si cette réunion devrait se faire avant ou après la pause café ? Mais comment se peut-ce ? Rendez-vous compte un peu ! Et on ne nous donne pas un délai d'au moins trois mois pour commencer à nous préparer à nous organiser ? Mais comment va-t-on faire ?!

Enfin, bref, ce fut un changement de rythme un peu brutal...