Il est une unité que l'on gagnerait certainement à ajouter dans le système métrique : il s'agit de l'alexandrin. Qui vaudrait, je vous le donne en mille... douze pieds (soit cent quarante quatre pouces ou quatre verges ou trois aunes ou deux toises) ! Douze pieds pointure 47, ils avaient de grands panards ces égyptiens quand même.

Cette unité offre un point de vue différent sur le monde qui nous entoure, voyez plutôt : la façade de Notre-Dame de Paris mesure un peu moins d'un sonnet de longueur. Il faut empiler six douzains, un sizain et un quintil pour se hisser au niveau du haut de la tour Eiffel ! Dans un autre registre, un stade (hellénique) mesure exactement cinquante alexandrins, ce qui commence à faire une bonne petite ballade. Enfin, ce sont des alexandrins un peu grecs puisque ce sont les pieds de Hercule qui définiraient le stade selon la légende (et il en faut six cent). Ils chaussent donc un peu plus grand que les autres : du 49 ou du 50... c'est que c'est un bon bonhomme le demi-dieu. Mais toujours est-il que l'on aperçoit un lien intéressant entre sportifs et troubadours : ceux-ci peuvent chanter le marathon (3500 vers de moins que l'Iliade, c'est presque court) et ceux-là courir la chanson de Roland (d'une longueur légèrement supérieure à 14,5 km, une bonne épreuve de course de fond).

Peut-être que les littéraires accepteraient de faire de la physique comme ça.